Coup de foudre


« La vie. L’amour. La mort. »
Depuis quelques jours… une vague… un parfum d’Higelin se propage sur les pages de ce jardin poétique… ouvrir les portes sans mesure… Déraisonnable… Un disque, une tournée, des actualités comme des coups de foudre… Il fallait bien en toucher quelques mots… oui, quelques… quitte à frôler l’obsession… Déraisonnable… Ne pas oublier ces artistes qui gravitent… Antonin Artaud, Brigitte Fontaine, Koltès, Nathalie Sarraute, Michel Leiris, Daniel Pennac, Léo Ferré… les suivre parfois lorsque tout s’emmêle, lorsque le doute est trop grand… Une bouffée d’air pur dans un paysage… Vivre sa vie et la rêver… Le mot musique sur les lèvres et dans la paume des mains… Un nouveau disque comme une saveur nouvelle. Découvrir. Redécouvrir. J’attendais ce disque avec impatience… Alors forcément « l’inspiration » est au rendez-vous, une pause dans ce rythme usant et adopté depuis quelques mois. Une pause comme une respiration. Prendre le temps d’écouter, de se plonger dans les notes, dans ces mélodies, dans ces mots.
Des morceaux livrés l’an passé sur scène par le poète… des tentatives… des textes parfois fragiles… expérimentation du grain et de la voix. Pluriel.
Un été. Un hiver. A rêver. Enfin. Coup de foudre. Résonne comme une petite bulle bleue. Comment parler de cet album? Coup de foudre est composé de 12 chansons: Coup de foudre; J’ai jamais su; Qu’est-ce qui se passe à la caisse?; New Orléans; Egéries, muses et modèles; Kyrie Eleison; Hôtel terminus; Août Put; Valse FM; Bye Bye Bye; Aujourd’hui la crise; Expo photos. Ecrit par Jacques Higelin, l’album est né à St-Marie-aux-mines dans le grenier (studio) de Rodolphe Burger… L’équipe s’est renouvelée depuis Amor doloroso… L’excellent Dominique Mahut aux percussions… et à la réalisation (sauf erreur avec Rodolphe Burger) Christopher Board, Marcello, Alberto Malo… et il me manque le nom du guitariste… Coup de foudre s’inscrit dans la même lignée que le précédent… dynamité, le texte, propulsé, le son… aller vers… Deux morceaux savoureux, introduction soignée au piano… Kyrie Eleison et Valse FM emportent… sur le fil… l’écoute mène l’auditeur vers des contrées lointaines et profondes. Coup de foudre… une petite bulle bleue… Certains titres restent dans le creux de l’oreille… J’ai jamais su… des mots qui résonnent… comme un écho… à une autre tranche de vie… Le rock coule dans les veines de Jacques Higelin…. et cela s’entend. avec notamment Hôtel Terminus. Seul bémol: Egeries… la composition est soignée certes, mais le texte, pardon, ne me parle pas… Douze chansons donc… Voyage sonore. Variation de l’atmosphère… Il y aurait sûrement beaucoup à dire. Un album à découvrir donc… et à se procurer…
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s