En Lettres majuscules


En Lettres MAJUSCULES… Higelin à Châteaudun: rimes riches!!!!

Avec: Jacques Higelin. Dominique Mahut. Christopher Board. Alice Botté. Hubert de Frackowiak – Marcello Giuliani.  Stéphane Guillaume. Alberto Malo. Romain Métra. 

En Lettres Majuscules...Une heure du matin. Retour à la maison. La tête pleine de ces images. Le coeur léger. Nuit Belle et Blanche. Entre deux réalités. Ne pas dormir. Errer . Un petit quelque chose d’irraisonné, de déraisonnable… /Encore un texte. Encore un. Peut-être le dernier… /Ne pas dormir. Le coeur au-dessus des nuages. La musique est un envol, les enclaves se déchirent… Le libre… Jacques Higelin… Libre et Généreux. Majuscules. Un concert magnifique.  Un soir qui ne se perdra dans les abîmes. Magique. Bouleversant. Intense. Surréaliste. Rejoindre les couloirs rêveux… s’y reposer… Demain. Ecrire. Demain. Rêver [encore]. Demain. Partager. //Longtemps… Songer… Longtemps… Supposer… Le « J » avait. Il y a des soirées que l’on sait importantes. Un ensemble de paramètres… des composantes essentielles et puis… le jour H, rien ne se passe exactement comme on l’avait imaginé … C’est ce que l’on appelle la réalité. L’essence fragile… un grain de poussière dans la machine et tout se transforme…

22 Avril/ Châteaudun /20h30 – [A cet instant Brigitte Fontaine entre en scène à Paris] Se diriger vers l’Espace Malraux – Un cercle – Une salle singulière – Un berceau – De nombreux souvenirs sur ce sol – et musicaux – et littéraires –  Un retour aux sources -Il y a six ans – Jacques Higelin – Dominique Mahut –  Sur scène – Le premier concert. Une première rencontre comme un bouleversement profond et irréversible. Il y a six ans. Une énergie. Une poésie à l’état pur. Une générosité. Je – Fascinée. C’est le mot. Fascinée par ce qui se passait sur scène et dans la salle. Une fin de concert sublime: l’accordéon désaccordé – Higelin seul en scène – et six ans plus tard – La plante sur le même sol. /Quelques zones de silence, il ne faut pas tout dire… Un quelque chose qui sonne et… /Descendre les escaliers et se diriger vers… / 21h, investir le siège du spectateur. K17. Qui est-il justement ce spectateur? Tous les âges, toutes les cultures. Pas de barrières. Pas de frontières.  Salle comble. Les lumières s’éteignent. Applaudissements. Entrée en scène côté cour. Le pas est décidé. Jacques Higelin. Alice Botté. Marcello Giuliani. Alberto Malo. Christopher Board. Dominique Mahut. Décor épuré. Simple. Derrière le piano, Higelin lancera le premier morceau – frais, puisque répété dans l’après-midi: le minimum… « Juste quand tu démarres… » ça sonne… le rythme est trouvé… (L’introduction évolue, pas de Aujourd’hui la crise… ) Les mains s’agitent, les silhouettes sont en mouvement. Une jolie complicité… Musiciens s’adorent… le bonheur de se retrouver, de jouer, de brûler les planches.  Jeux de regards. Jeux d’enfants. Jeux de Jacques.  Un peu cabot. Piano. Guitare. Voix. La pupille s’éloigne. Un temps. L’ombre de Stéphane Guillaume (régisseur et guitariste) danse sur le mur. L’énergie et la joie se diffusent. Plus de remparts. Les tuyaux sont asséchés. Pamela Norton. Une explication savoureuse. Un clic. Un visage. Et ce soir là, j’imagine… Pamela Norton… ce nom qui est venu… Frappé de « visions », Higelin s’éloigne, s’égare… pour le plus grand bonheur du public… Oui, Higelin est comédien. Et lorsqu’il raconte, l’oreille est suspendue… Il se laisse porter par son imagination… En lévitation… Comme un aviateur dans l’ascenseur… Une plongée dans des contrées surréalistes et poétiques…  Un artisanat précieux. Dans cet atelier, l’artiste tente, essaye, se surpasse. Il y a quelque chose d’unique chez lui, de reconnaissable… /Au détour d’une rue… se méprendre… il raconte… parfois…  le regard du passant… croyant le reconnaître…. Alain Bashung (jolie comparaison), parfois Hugues Aufray… ou encore Didier Barbelivien (???)/Il est un héritier. Celui des poètes maudits: Rimbaud, Verlaine, Baudelaire… Ces artistes majestueux capables des pensées les plus sombres et des envolées les plus intenses. Ferré disait des poètes: « ce sont les chantres de l’âme »… Higelin est ce chantre, et son âme est grande (non, l’objectivité n’est pas entièrement intacte). 69 ans – son année « érotique » – 70 « l’année du tournevis » – 70 « serrer la vis.. » »peut-être pas…  « (dixit Higelin). Le sens de la formule, d’autres rimes en stock… une proposition… Je ne sais plus l’ordre des morceaux, mais qu’importe… l’essence et le sentiment transportent… jamais épuisés, jamais oubliés… De nouvelles chansons… Coup de foudre, J’ai  jamais su (texte écrit avec Mahut), New Orléans,  Kyrie Eleison (Merveilleuseeeeee)… Egéries, muses et modèles (je ne suis pas vraiment fan de cette chanson, la mélodie est pourtant magnifique, il parlera ensuite de ces femmes qui ont compté pour lui…), Bye Bye… Qu’est-ce qui se passe à la caisse? Des chansons plus anciennes… Paris New York, Cigarette, Pars (version reggae… un régal), Champagne (avec Mahut… une introduction intéressante… la voix de Dominique… qui est d’ici ou d’ailleurs… on ne sait toujours pas), Je ne peux plus dire « Je t’aime » (à la guitare),  Mona Lisa Klaxon, Crocodaïl… Entre les chansons, le verbe se place… Jouer avec la langue… avec les codes, les images… On se souviendra longtemps de la rivière de Dick Rivers… Higelin surprend le public mais également ses musiciens. Valse MF: Higelin se lève, quitte le piano. Solo vocal. Sous les yeux médusés de Christopher Board. La chimie fonctionne, se perfectionne pour devenir alchimie. Les spectateurs sont emportés par ce courant d’air. Chaque musicien a une place importante. Le regard est bienveillant et souvent admiratif. Solos magnifiques. Il est entouré par des artistes incroyables. Talents. Un vent de folie. Un merveilleux: Gourdon… Août Put … la chorale dunoise se construit… Le chef-d’orchestre est aux anges, lui qui s’amuse des diverses tonalités… Derrière moi, tout de même une voix « ce n’est pas du Higelin!!! ». Et bien, si justement, c’est Higelin, cette folie, cette capacité à réunir les gens et à donner, donner, donner. Ce moment là restera longtemps dans l’esprit des gens. Le mot est comme matraqué, ciselé.  La voix se déchire parfois, il donne tout ce qu’il a. Entre rage de vivre, passion dévorante et générosité. Higelin interprète. Une parenthèse théâtrale. Britannicus. Certainement la scène VII de l’acte III (Non?) Une complicité avec Mahut. Toujours.  En Lettres Majuscules...« Retirez-vous seigneur » Ces deux là s’adorent. Inséparables. Complémentaires. Tous deux: acteurs. Que dire de plus? Après plus de trois heures de concert… il est temps de partir… Présentation des musiciens,  un oubli: Mahut. Heureusement Alice Botté veille et souffle quelques mots à l’oreille de Jacques… Jeu. Encore. il parlera de Mac Telliam, un très bel hommage. La mère. Comme un centre. Comme le centre de tout. Bouleversé. Fatigué. Higelin s’en va sous les applaudissements… Emu… La salle est debout. Les gens ne partent pas. Ils ne veulent pas partir. Après quelques minutes… retour sur scène, quelques chansons encore. Et puis… Partir… Quelques mots. Il fera monter la petite Juliette sur scène, les yeux qui brillent… un peu d’humour… Jacques Higelin ou Martin… Pour un temps… Les musiciens quittent le plateau. Higelin n’arrive pas à partir. Il dira: « encore une »… Installé au piano… une dernière chanson… Un aviateur dans l’ascenseur… Un immense merci pour tout cela. Chaque fois, je me dis que je n’écrirai plus et puis, il m’étonne, me surprend…  Alors écrire encore… Merci. Cette tournée est magistrale. Confiance. Puissance. Higelin était heureux. Dix jours qu’il n’avait pas joué. Alors que dire de plus? A quand le prochain concert??

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s