La poésie était debout (Avignon)


Avignon - Laurent Poitrenaux lit Bernard Heidsieck

Lieu: Festival d’Avignon – Musée Calvet

Date: le 23 Juillet à 11h

Premier article sur le festival et ses spectacles. Ecrire sur ce petit cahier jaune des impressions, des respirations, des envies, des bouts de temps. Une centaine de pages plus tard, tenter la reformulation. Se perdre dans Avignon comme ailleurs. Arriver au Musée Calvet – bâtiment magnifique. Scène. Fauteuils. Monde. Au pied: Laurent Poitrenaux discute, se prépare. Olivier Cadiot et Ludovic Lagarde ne sont pas loin. Importance des êtres et des formes. Attendre donc. Reprendre le fil. Organiser les pensées. Le lien. La continuité. Aimer. Au centre de la scène, le micro planté. Coeur palpite. La voix d’Heidseick est dans le creux de l’oreille. Aimer la poésie sonore. Comment interpréter cette oeuvre, si précieuse? Comment? Heidsieck s’est toujours opposé à cela. Il dit que seul le performer peut interpréter le texte. Lorsque j’ai échangé quelques mots avec Mr Cadiot (3 ou 4 maladroits), il m’expliquait qu’il s’agissait d’une tentative de lecture et que cette oeuvre était très importante pour lui. La voix d’Heidsieck donc dans le creux de l’oreille. Comme un murmure. Entendre ses intonations, sa respiration, le travail de la bande, de la découpe. J’avais dans mon sac, Vaduz comme pour…

Une date importante. Il faudrait dire beaucoup sur Laurent Poitrenaux: acteur sublime, excellent. Talent. Découvert sur le Journal de Jean-Luc Lagarce (il y a quelques années), et vu dans Un Nid pour quoi faire. A suivre. A découvrir encore. Bref. Je m’égare. Je m’égare. Je m’égare. Premier rang pour ne rien perdre, pas un mot. Il aurait fallu se mettre au centre pour entendre les variations sonores à droite et à gauche. Attendre l’entrée en scène. Profiter du mistral. La pluie a disparu.

11h- Olivier Cadiot s’avance et présente l’oeuvre et l’homme: Heidsieck. Parle de la poésie sonore, de la poésie action, cite BH « je mets la poésie debout ». Olivier Cadiot explique le dialogue de BH avec sa propre voix. Parle de l’impact sur les poètes, sur les jeunes. Oui, cette oeuvre bouleverse et change parfois la perception poétique. Présentation du texte qui a été lu: Respirations et brèves rencontres.  Première fois que l’on interprète BH. Quelle excellente idée. Cadeau. C’est cadeau. Un bonheur simple qui nourrit et emporte loin. Loin.

Laurent Poitrenaux entre à son tour. Chaussures blanches. Feuilles A3 dans main. S’avance. Respire. S’envole. Captivée, happée dès les premiers mots, la voix de BH s’efface pour laisser place à ce nouveau souffle. Excellent présage. Yeux collés à la scène. Oreilles collées à la voix. Mélange intérieur. Tout est emporté. Conscience d’assister à quelque chose d’exceptionnel. Un moment comme il n’y en aura peut-être plus. Unique. Unique. C’est précieux.Les textes se suivent. Attendre la prochaine page-partition. L’envie que cela continue encore et encore.

Avignon - Laurent Poitrenaux lit Bernard HeidsieckListe des textes lus par Laurent Poitrenaux:

  1. Dylan Thomas
  2. Ezra Pound
  3. Gertrude Stein
  4. William Carlos Williams
  5. Wystan H. Auden
  6. Antonin Artaud (« je » était entre les larmes et le rire)
  7. Bryon Gisin
  8. Louis-Ferdinand Céline
  9. François Mauriac
  10. Colette
  11. André Gide
  12. Sacha Guitry
  13. Bertolt Brecht
  14. Anna Seghers (petit clin d’oeil à Cadiot)
  15. Paul Claudel
  16. Charles Reznikoff

La poésie était debout. Un choc. Une claque. Une intensité. Un immense merci. Un mot bien faible pour dire le profond. Bouleversée. Profondément bouleversée. Il fallait bien plus que du talent pour réussir un pari pareil. La tentative est transformée. Espérons que d’autres lectures suivent et qu’une captation a été faite. Je donnerais n’importe quoi pour entendre ne serait-ce que des fragments de cette lecture. Encore. J’ai la voix de Laurent Poitrenaux dans le creux de l’oreille. J’ai la voix de Bernard Heidsieck dans le creux de l’oreille. Un mélange. Respirations. Merci encore. Je terminerai par citer Olivier Cadiot (s’adressant à Mr Poitrenaux) « tu as fait cela de manière merveilleuse ». Je suis totalement d’accord avec lui. Charge-émotion. Gravée là. A jamais.  Les applaudissements étaient nourris. Amplement mérités!!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s