Questionnaire de Béatrice Brérot


Béatrice Brérot, dans le cadre des Jeux dits de la poésie, a transmis aux auteurs un questionnaire. Voici quelques extraits.

1/ Quand vous-étiez enfant, rêviez-vous d’être poète, pilote d’avion, facteur, aventurière… ?

Enfant, je me suis inventée mille vies. J’enfermais mes rêves dans une petite boîte en fer. Pour ne pas les perdre. Pour ne pas les oublier. Pour qu’ils ne se sauvent pas dans les néants. Ils étaient précieux, et ils le sont encore. J’espérais – fort – à l’intérieur – devenir auteur, artiste.

2/ Quel est votre état d’esprit, votre trait de caractère dominant ?

Tête en l’air. La tête – haut – dans les nuages. Je suis souvent dans des sphères lointaines. Mais cette question est difficile, il y a bien sûr plusieurs facettes. Je peux faire preuve de ténacité, de curiosité, de lucidité. Tout dépend de l’environnement.L’individu est complexe. Multiple.

3/ Quelle musique écoutez-vous ?

La musique. Impossible de vivre sans. CD. Vinyle. Grésillement. Ecouter de tout – enfin presque. Chanson française. Rock. Jazz.

4/ Quels livres avez-vous dans votre bibliothèque ?

Ils sont nombreux. Plusieurs catégories. Plusieurs domaines. Plusieurs dictionnaires (le premier datant de 1905 – j’ai une passion pour les dictionnaires). Cinq exemplaires de Cinna (une erreur – répétée trois fois). A portée de main, il y a la poésie, le théâtre. Juste en haut: les romans. Et puis, dans une autre bibliothèque, les livres sur la musique, la peinture… C’est une bibliothèque aimée, elle protège, rassure, surprend… Il y avait auparavant l’idée qu’elle devait être mal rangée pour chercher le livre, pour l’oublier, et le retrouver – parfois. Mais j’ai compris il y a peu de temps, que le classement alphabétique avait des vertus.

Et pour répondre à la question (peut-être fallait-il des titres ou des noms): il y a Artaud, Michaux, Cadiot, Fontaine, Ferré, Rimbaud, Baudelaire, Leiris, Heidsieck, Beckett, Shakespeare, Brecht, Vinaver, Jarry, Jodorowsky, Pennac, Hugo, Baricco, Cocteau et tous les autres… les classiques, les usuels, les oubliés… les poètes sonores… etc etc…

5/ Avez-vous un autre métier ?

Oui. Une autre trajectoire. Où je suis l’inverse.

8/ Aimez-vous voyager ?

Oui. Voyages réels. Voyages intérieurs. Propices à la rêverie, à l’imagination, à la découverte… à la rencontre.

9/ Pensez-vous, en tant qu’écrivain avoir une responsabilité politique ?

Une responsabilité. Oui. Certainement. Cependant, le politique ne se retrouve pas dans mon écriture.

11/ Quelle rencontre(s) marquante(s) avez-vous faites ?

Des rencontres marquantes… Plusieurs. Il y a les rencontres musicales, littéraires qui changent parfois de manière irrémédiable votre perception du monde. Un choc. Comme une prise de conscience. Comme l’impression d’appartenir au même monde. Higelin. Heidsieck. Dernièrement, il y a eu Cadiot, Poitrenaux. Il y a les gens que vous croisez et qui vous pousse à vous souvenir, à aller plus loin, à ne pas oublier vos rêves. Ils sont nombreux. Impossible. De les citer. Ils sont mon essentiel. Mais si je ne devais retenir qu’une rencontre. Ce serait. D.M. Il m’a appris beaucoup. Il m’apprend beaucoup. Parfois. Dans les silences. Dans les instants précieux. Grâce à lui, j’ai avancé, pris confiance, conscience qu’une trajectoire pouvait être plurielle. Et si je crois un peu plus en moi aujourd’hui, c’est parce qu’un jour… il y a eu cette rencontre.

12/ Avez-vous, un lieu, une heure, un rituel pour écrire ?

J’écris surtout la nuit. Mais il n’y a pas véritablement de rituel. Un carnet. Un stylo. Une bulle. Ecrire.

15/ Pensez-vous appartenir à une mouvance poétique ? Si oui, laquelle, si non pourquoi ?

J’appartiens certainement à une mouvance. Mais laquelle? Je ne sais pas. La veine sonore. Peut-être.

16/ Comment décririez-vous votre rapport aux mots, à la langue ?

Un lien instinctif. J’aime le son, le rythme. J’aime les zones-anarchies. J’aime la langue-crachée. J’aime les non-dits, les points de suspension… La langue est musicale. Comme une partition. Comme une respiration. Comme un sursaut.

19/ Si la poésie devait avoir une forme (ou des formes), laquelle serait-elle pour vous ?

Sonore.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s