Juliette à la Bourse du travail


Juliette à la Bourse du travail

Avec: Juliette Nourredine; Bruno Grare; Christophe Devilliers; Didier Bégon; Franck Steckar; Karim Medjebeur; Philippe Brohet

« La Chanson est un passe-temps élégant »

Une dédicace à C.M.

Set list

  1. The Single
  2. ?? On est pas venu au monde pour se regarder le nombril (je ne trouve pas le titre)
  3. Rue Roger Salengro
  4. Mr William (Léo Ferré)
  5. (C’est l’heure…)
  6. Les Dessous chics (Birkin/ Gainsbourg)
  7. Garçon manqué
  8. Madrigal moderne
  9. Un petit vélo rouillé
  10. (Psychanalyse… de groupe)
  11. Une chose pareille
  12. La Chanson de Dea
  13. La lueur dans l’oeil
  14. (Annonce… cet établissement est interdit au(x) lapin(s)
  15. Lames
  16. (Psychanalyse…)
  17. ? (bouteille d’eau… pas le titre)
  18. Rhum Pomme
  19. (Psychanalyse… Annonce…)
  20. (Acapela) Dans ma rue
  21. The Single

Mardi soir. Il fait doux. Attendre sur les marches de la Bourse du Travail. No parano. Juliette Noureddine est à Lyon pour un concert qui s’annonce exceptionnel. Nous sommes dans les hauteurs. Gradin latéral. Plateau recouvert par les instruments et par les accessoires. Une banquette noire. Un chariot. Une lampe industrielle. Les fauteuils se remplissent peu à peu. No parano… Une séance de psychanalyse musicale. Passons sur le divan sans plus attendre…

Applaudissements. « Merci, merci beaucoup… c’est un plaisir de vous retrouver cher public que j’aime et qui m’adore… on va vous proposer un spectacle plein de nouveautés, je ne suis plus cette chanteuse dépressive… » Malice ubuesque. Fantaisie (héroïque) à consommer sans modération. Mettre en scène… La singularité selon Juliette. Réinventer le concert pour l’entraîner dans un cycle de vie où l’on flirte avec l’absurde. Oublier les maladresses d’hier et se concentrer sur l’instant J. Le disque tourne pendant que Mademoiselle s’assoit et parcourt le journal…. Musique s’arrête. Piano accroche les oreilles. Qu’un regret. Le son était comme étouffé pendant les deux premiers morceaux. Spectateurs des hauteurs – exclus du concert…  Plantée au milieu de son décor… Juliette chante et siffle pour distraire les oiseaux, les hommes, les femmes… Voix qui emporte… Percussions perforent le coeur pour lui redonner le goût du rythme et de l’embrase. Jacques Offenbach était un aérostier. Victor Hugo était espagnol. Roger Salengro était un comédien fort célèbre. Ce n’était qu’un décor où l’on s’endort, où l’on se réveille… Mélodie. J’suis en gradin latéral et je profite. Concert. Musique suprême. Les rêves se greffent à mes oreilles, j’ai des bonbecs dans les poches, j’ai le verbe-eau, je traîne dans la rue, sous les étoiles… comme envoûtée et propulsée dans un jardin où les fleurs sont exubérantes et où les parfums n’existent que pour conserver les rêves… ça fait du bien. Reprise de Monsieur William… Magnifique… Les doigts s’agitent et pianotent dans les courants d’air… fourmillent… Un bouquet de violettes… Monsieur William de Monsieur Ferré par Mademoiselle Juliette. Frissons parcourent la chair. L’orchestration est merveilleuse, des choeurs, des moments de grâce où les voix s’entremêlent… Les musiciens sont extraordinaires, ils changent d’instruments fréquemment… Energie plurielle. Une troupe. C’est l’heure… Le remède entre en scène et on ne saura jamais s’il était efficace ou non. Garçon manqué… un long fleuve de laine, dans le noir, rafale sonore, tomber dans des gouffres, le sol se dérobe, cerveau-fusion… passer d’une phrase à l’autre, un sabre de corsaire dans une main, celui de Zorro dans l’autre…  Faut y aller, sur la pointe des pieds… Note grouille… Reprendre l’équilibre… Chavirer… Tituber sur le fauteuil de la deuxième rangée… /Mal au cou… Minerve/ Minerve… / Ne jamais sous-estimer l’ennemi… S’agrippe la voix de juliette, ça me tire, ça m’entraine, siffle, souffle, courant d’air… craquement, grincement… je succombe dans les dédales…. entre la grosse caisse et la guitare… frappée par les illusions…. L’intense. On s’envole dans les vapeurs d’opium… voyage imaginaire… invisible… à l’intérieur des cornées… De courts interstices entre les chansons pour revenir un peu dans le réel… Artiste(s). Mettre le feu à l’âme… Un asile scénique. Un idéal. Délire sans parano… Pas de lapins, des camisoles électriques et sonores…

Applaudissements… Il faut rentrer maintenant… et écrire un peu… pour ne pas oublier… (et puis si Juliette ou si quelqu’un venait à passer par là… j’aimerais beaucoup faire une petite interview… à bon entendeur… des rêves, des rêves, encore et toujours…)

Publicités

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. yooiou dit :

    C’est tout à fait ça, j’ai vu le concert deux fois déjà. C’est dommage qu’il manque des chansons dans la liste, je cherchais justement la n°2… Mais elle est introuvable sur le Net ! :/

  2. yooiou dit :

    Youpi youpi, me revoilà ! Et avec une bonne nouvelle en plus : la chanson n°2, « on n’est pas v’nu au monde », est en fait la chanson « Actualités » de Diane Dufresnes ! De rien ! 😉

  3. yooiou dit :

    Ah, et enfin, la 17 (le diable dans la bouteille) : « Le diable dans la bouteille « , de Maurane. 🙂

    1. Génial!!! Merci pour toutes ces informations!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s