I am the wind


I am the wind
Simon Annand

Mise en scène: Patrice Chéreau / Avec: Tom Brooke (l’Un) et Jack Laskey (l’Autre)

Hier. La pluie. The wind. Le déferlement des éléments sur Lyon, sur l’Odéon. L’annulation.

21 heures se rendre sur les hauteurs et tenter… Dans le ciel: quelques nuages. Les arbres suivent le rythme du vent. Attendre que le Théâtre ouvre ses portes. Après quelques instants. S’installer dans les gradins et prendre quelques notes. Lire le programme et le résumé de la pièce.  « A un certain moment des répétitions, voyant nos deux acteurs si remarquablement intenses, leur engagement dans une chose si fragile et si délicate, nous nous sommes dits, plus encore que d’habitude que, si on pouvait, il fallait les regarder et les écouter, juste cela, ne rien ajouter qui puisse nous distraire de leur voyage. Si les surtitres étaient trop hauts ou devaient vous distraire, nous avons décidé de vous distribuer un résumé de la pièce scène par scène (elle est courte, elle fait tout juste une heure et huit minutes). Vous aurez ainsi en mains d’autres repères, lisez le résumé et, si vous le pouvez, regardez plutôt les acteurs, écoutez-les, ils sont rares ».

Patrice Chéreau s’attaque pour la seconde fois à un texte de Jon Fosse: I am the wind (publié par l’Arche). De passage à Paris il y a quelques mois, j’avais hésité à pousser la porte du Louvre pour me plonger dans l’univers du metteur en scène. En mémoire, la proposition sublime de… Dans la solitude des champs de coton... Alors se laisser tenter et s’intéresser… aux mélanges et à ce choix étonnant.

« Je ne sais pas, moi, vivre ou fabriquer un objet, spectacle, film autrement qu’à la première personne. Je suis probablement partout, dans tous ces personnages, démultipliés, et ceux qui ne sont pas moi sont des êtres que j’ai connus ou aimés. C’est ce qui me donne l’énergie de travailler. Et aussi le plaisir et le besoin de m’adresser aux autres… ». Patrice Chéreau (texte publié sur le site du Louvre)

Plateau épuré. Une flaque immense recouvre l’espace scénique. Quelques objets flottent. Peut-être faut-il se méfier des apparences…

L’UN Je suis parti

L’AUTRE I shout out / Where are you

L’UN Désormais je n’ai pas peur / Désormais je ne suis pas lourd / Je ne suis qu’alourdi / Je ne suis pas alourdi / Je ne suis plus que le mouvement / Je suis parti avec le vent / Je suis le vent

L’AUTRE Je regarde vers le phare / Je crie / Where are you

La Nuit commence à tomber. La ville entre en mutation. Et le vent – toujours lui – se lève. Les projecteurs s’éteignent.

(la suite plus tard…)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s