Le Temps d’écrire


Il faudrait pouvoir construire sa vie – entière – sur le mot. Prendre le temps de se confronter à la page. Le faire vraiment. Pas d’excuses. Avancer. Ce soir, la question de l’écriture me taraude. Une éraflure sur la carapace. Et je me demande à partir de quel moment on peut dire que l’on est auteur? A partir de combien de textes, de combien de livres? Comment vivre de l’écriture? Le peut-on seulement?

Auteur par intermittence. Auteur à partir de 22 heures. Auteur le week-end, les jours fériés… Quand? Quand écrire? Il faut trouver la tranche horaire, « investir » sur le créatif et faire en sorte d’avoir l’esprit libre. Il faut rentabiliser les moments-écriture. Le problème est là. Pour écrire, il faut du temps. Le temps de mûrir une réflexion, de lire, de se confronter à la matière. Il faut du temps. Encore. Pour le défendre. Ce livre. Du temps. Encore. Pour convaincre un éditeur… un hypothétique éditeur qui – peut-être, je dis bien peut-être, lira votre manuscrit…

Et qu’il est difficile de trouver ce temps. On vous dira. « Mais tu peux t’organiser. Ecrire le matin ou en fin de journée. » Et si le moment-écriture venait là, à un moment inopiné et qu’à cet instant vous étiez occupés à faire un vrai métier. Un métier sérieux, valable, stable… Mais que ce métier là et bien… et bien…

Etre auteur… Petite fille. Devant un ciel noir, une étoile filante. J’en avais rêvé. J’en rêve encore. Mais entre le rêve et la réalité. Il y a le monde. Et ça me semble un gouffre. Comment atteindre l’autre rive? Rester soi. Juste soi. Ne pas disparaître derrière une fonction. Je ne suis pas la fonction. Je suis auteur. Je crois. Je l’espère. Il me semble que je le suis. Mais cela ne suffit pas… Dire que l’écriture c’est la nature, l’épiderme… Dire que c’est plus fort que tout, que c’est de l’oxygène… Cela ne suffit pas, cela ne suffit plus.

Pas d’excuses. Pas d’excuses. Il ne faut pas se tromper. Se dire que la responsabilité revient aux autres. L’individu est responsable. De ses choix. De son chemin. Un petit coup de pouce du destin… Toc Toc Toc

Je n’ai pas de réponse. Je ne sais pas. Non. Je ne sais pas.

Bientôt, il y aura ce manque de temps… Alors ce soir. Comme pour me donner de la force, pour me dire que ce rêve n’est pas hors d’atteinte… Je me répète la phrase de Léo Ferré « ils meurent de n’être point le risque… »

Et Vous???

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Chamane dit :

    Auteur. Un joli mot pour ceux qui SONT les mots. Les placer, les faire danser (calligrammes), les lire, les chanter, les écrire et les récrire. Je suis d’accord avec vous, le Temps est un espace à conquérir : un terrible paradoxe que celui de vouloir vivre de sa poésie et de n’y mettre qu’un temps infime, (ridicule même) comparé à cette force qui nous pousse à ne faire que cela…Ecrire. Ecrire. Ecrire. Y mettre toute son énergie et ses convictions, son âme. .Ecrire les vains et les grands mots, sur un petit carnet que l’on tient captif, dans sa poche.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s