100 Thousand poets for change


C’était il y a plusieurs semaines déjà. C’était en France et ailleurs. C’était une manifestation organisée par Michael Rothenberg et Terri Carrion. C’était un évènement international.Le point de départ: un mail envoyé aux poètes du monde entier…

       Dear 100 THOUSAND POETS FOR CHANGE ORGANIZERS!

Are you ready? This is a pretty exciting time for all of us! It is an honor to be working with each you for September 24-100 Thousand Poets for Change Day! Remember, this is just the beginning! We have great work to do in the future! And of course there is  00 Thousand Poets for Change 2012!! We’ll be looking for you! (…) September 24 will be a great day! 100 THOUSAND POETS FOR CHANGE WORLD!! Please let me know if we can be of any help to you

Peace and Love!

Michael Rothenberg and Terri Carrion

Et pour l’occasion, un petit collectif s’était formé sur Lyon… S’emparer de l’évènement. Participer. Partager. Travailler. Se rencontrer. Écrire. Sous l’impulsion de Béatrice Brérot, la phase écriture s’est enclenchée pour donner forme et vie à un poème partition: avale! Le rendez-vous était pris et le Théâtre de Verdure semblait être la meilleure option. Au cœur de la ville et du monde. Au bord du Rhône…la poésie allait pouvoir s’envoler et se hisser dans les courants d’air. Réveiller les esprits. Interpeller. Provoquer peut-être la catharsis…

Il faisait beau. Il était 17 heures, lorsque le petit collectif a rassemblé ses troupes: Béatrice Brérot, Frédérick Houdaer, Samantha Barendson et Yve Bressande. Une trentaine de spectateurs sur un bout de pelouse. La détente…

Une jolie idée. Une jolie performance. Des textes ciselés et emportés par un flot d’actualités. Après une courte présentation, Béatrice Brérot s’est élancée et a craché son texte: avale! Plusieurs voix entremêlées. On sentait une grande complicité entre les poètes. Comme une résonance. Les mots à l’extrême pour dire le monde, sa cruauté, ses injustices. Le cri était poétique. Le mot, divinement sonore. Je laisse la place aux textes. Excellente lecture!!! Pour lire les textes partitions en intégralité, vous pouvez ouvrir ce document: Avale!

(…) « le gouffre est profond

qu’il faut remplir

alors

avale

avale

AVALE ! AVALE ! (et Yve qui fait des bruits tout du long)

avale

les contrôles

avale

les di

les plômes

les con

les cours

les titres

les grades

deviens une femme

un homme

libre

travaille

travaille

TRAVAILLE ! TRAVAILLE ! »

  • Pauline Catherinot a lu un texte: Différence (version off). Je tiens à préciser que je n’ai pas participé à la phase d’élaboration du projet et que le choix du texte s’est décidé à la dernière minute. Merci à l’équipe pour cet espace dédié à la parole.

Une larme dans l’œil, à l’intérieur… une et des milliers d’autres…

tu les entends rire…

ils assassinent celui qui est différent, ils assassinent …

tu les entends rire…

ils te caressent pour mieux te détruire…

tu les entends…

ils lèvent le bras, ils le lèvent…

et de l’autre côté de cet écran,

tu te morfonds, tu ne sais plus…

Au bord de l’infini recommencement

Une larme dans l’œil, une larme et des milliers d’autres…

tu les entends rire…

les lèvres cousues, tu te sens sale, tu te sens seul…

les lèvres cousues, pas de bruit, pas de mots, juste une main…

Différence…

Ils abandonnent…liberté… liberté

Différence

Mot à coller sur le front, sur l’âme

Avale, Avale, Avale

tu les entends rire…

tu ouvres la bouche

organes se déchirent…

Etat de crise / Etat de nerfs

Pas oublier, Pas sombrer

Pour des milliers d’autres

  • Frédérick Houdaer a interprété trois de ses poèmes: Vieille France; Soirée Télé; Poème politique. Entre humour et réalité crue, le verbe de Frédérick Houdaer frappe et percute la pensée. D’autres extraits sur le site de l’auteur http://houdaer.hautetfort.com/index-2.html

Vieille France

au cœur d’un village typique

un vieux café

au fond de l’établissement

une tête de sanglier et

deux adolescentes

elles évoquent avec passion

le coût en dollars

d’un test de paternité

  • Yve Bressande a déroulé le papier blanc et a projeté son texte entre le ciel et la verdure. Texte minuté et précis. Chaque fois, Yve montre que la poésie est sonore. Il excelle dans l’art de porter le texte dans les ailleurs. (Extraits)

« 1mn : Embauche / Débauche

2 mn : Matin chagrin / Train train quotidien

3 mn : Tête dans le sot / Boulot boulot

4 mn : Bleu de chauffe / Bureaux climatisés

5 mn : Entretien d’embauche / C V Anonymisé

6 mn : Chaîne de production / Payé au rendement   à la pièce

7 mn : Ennuyeux / Répétitif

8 mn : Mal partout / Debout

9 mn : Sourire / Merci beaucoup

10 mn : Prime / Montre ton cul

11 mn : Promotion / charrette

12 mn : Augmentation / Formation

13 mn : Productivité / Flexibilité

14 mn : Machine à café / Y’a machin qui va pas bien

15 mn : Dépression / Immolation

16 mn : Avancement / Pot à 17 h (…) »

  • Frédérick Houdaer a dit deux autres textes: Ma Banquière; Poème hexagonal

Ma Banquière

beauté froide

reliée à son ordinateur

elle calcule quantité de devis

que je ne lui ai pas demandés

l’une de ses mains reste

collée

à la souris

un câble se perd

derrière ses talons aiguilles

je préfère avoir affaire à elle

qu’à mon garagiste

  • Samantha Barendson et Yve Bressande étaient ou Pour ou Contre.  Mélange des genres. Homme et Femme. Le blanc. La couleur. Deux voix pour un même texte. Un moment délicieux à deux voix. Extraits.

(…) Je suis pour le troc

 Je suis pour le recyclage

 Je suis pour les brocantes et les vide-greniers

 Je suis pour le commerce d’occasion

Je suis contre les abus d’alcool qui rendent les fêtes plus folles et les humains plus fous, fous à lier, fous à frapper, fous à lever la main sur l’enfant caché sous la table, sur la femme assise sur le lit, sur l’homme dans la cuisine, fous à devenir gris, le regard terne, le nez en morille, le blanc dès le matin, la bière l’après-midi, whisky le soir et tout recommencer, fous à en vomir ses tripes, à tout dégobiller, les mots, le désamour, la haine, et l’autre qui est parti, sans travail, sans amis, sans un toit pour dormir, il ne reste plus qu’un verre, et puis un autre verre, et puis un dernier, un petit, pour la route.

Je suis contre.

Je suis pour que tout le monde puisse manger à sa faim

 Je suis pour la fin du gaspillage

Je suis pour la fin du capitalisme

Je suis contre la chirurgie esthétique, le lifting, la liposuccion, les injections de botox, le collagène, l’augmentation mammaire, la réduction mammaire, la chirurgie des paupières, le comblement des rides, accessoirement le piercing, les tatouages, les pantalons, les vêtements en tous genres, les combinaisons de ski, les robes en fuseau et les smokings de soirée, les bonnets péruviens et les tenues de Geishas. (…) »

La première partie s’est achevée ici… La parole était ensuite aux poètes présents dans le public. Trois personnes se sont lancées: Denis Marulaz; Michel Seraille; Lorraine Pobel. N’hésitez pas à aller sur la page Flickr de l’Encéphalogramme, vous y trouverez des photos…

Et pour terminer, une vidéo de Béatrice Brérot

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s