Rodolphe Burger… Instant


Sur une moquette rouge / Un verre de vin / Des éternuements …  L’improvisation maladroite… Une courte discussion / Merci pour tout cela / C’était beaucoup /

[J’espère avoir l’occasion – un jour – de poser des questions percutantes à Monsieur Burger / Une longue interview / Au Théâtre de Vénissieux – Je ne m’attendais pas à cela, je n’y croyais plus, j’avais abandonné l’idée. L’improvisation presque totale. Pas mon carnet. Pas mon dictaphone. Les questions manquaient de relief, pourtant…]

Pauline Catherinot: Vous avez souvent repris le Cantique des Cantiques… Quelle est l’origine de ce projet? (question profonde…)

Rodolphe Burger: J’ai composé la musique pour le mariage d’Alain Bashung et de Chloé Mons. Alain voulait que ça se passe dans une église. Ils avaient imaginé une série de textes. On s’est retrouvé chez moi pour enregistrer une maquette. A ce moment là, Olivier Cadiot venait de publier sa traduction du Cantique des Cantiques. C’était plus fort que n’importe quoi. Le premier jet est devenu un disque. C’était comme une évidence.

Pauline Catherinot: Pourquoi associer le texte de Darwich, poète palestinien? (question très profonde…)

Rodolphe Burger: Elias Sanbar, ami et traducteur de Darwich, prend connaissance du Cantique par l’intermédiaire de Godard. Darwich connaissait ce texte par coeur. L’envie de faire quelque chose d’équivalent est née avec le texte de Darwich… S’envolent les colombes. Le Cantique est un texte sur l’amour. Il ne parle que de ça. Darwich était encore vivant à l’époque. J’avais beaucoup d’admiration pour lui, pour ses prises de position. J’ai découvert – avec le film de Godard, un personnage magnifique, rigoureux, intransigeant…

Pauline Catherinot: Vous avez créé ce spectacle sur la scène nationale de Sète… (réflexion profonde)

Rodolphe Burger: J’avais envie de mettre en miroir les deux choses. En hébreu. En arabe. C’était un double hommage… à Alain et à Darwich. Le texte est porteur d’un sens qui n’est pas politique – au sens étroit – mais fort.

Pauline Catherinot: Votre musique est souvent à la croisée des chemins. Il est difficile de vous enfermer dans un genre tant votre musique est variée et riche. Comment travaillez-vous? (wouah, question très profonde)

Rodolphe Burger: Ce qui oriente ma démarche, mon travail… c’est d’y mettre le plus de choses possibles. En général, je puise dans ce que je suis amené à croiser…

Pauline Catherinot: Vous avez enseigné la philosophie pendant plusieurs années… (hum… une question???difficile de relire les notes… toutes mes excuses)

Rodolphe Burger:Lorsque j’ai abandonné la philosophie, je me suis senti bien plus libre. La musique avait quelque chose de mystérieux. L’ouverture était possible. Au début, j’ai vécu les choses dans une certaine contradiction. Je faisais du rock et de la philo.

Pauline Catherinot: Quel a été le déclic?

Rodolphe Burger: Certains déclics viennent de l’intime… Lorsque j’ai commencé à faire de la musique, du rock, j’étais très jeune. La philosophie est arrivée comme quelque chose de plus fort – au départ. C’était comme un antidote. Et puis, à un moment, ça a été l’inverse. La musique était devenue l’antidote de la philosophie. Je ne me prenais pas pour un philosophe. Je ne prenais pas pour un musicien. C’était une sorte de schizophrénie salutaire. Cela permet d’échapper à l’emprise sociale, mais pas seulement…. On échappe à toute sorte d’identification. Comme un crash-test. Il reste forcément un désir fort, incassable, épris de tout ce qui est de l’ordre de l’imaginaire. Il faut tenir le choc. C’est sain. Tout le monde devrait vivre cela. On peut se fracasser et se perdre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s