Il ne fallait pas rester sur cette chaise


Les poètes sont vieux et tristes

Les poètes portent des écharpes

Les poètes lisent mal

Les poètes sont assis en cercle

Ils s’endorment Sur leurs pages ou sur les pages des autres

Ils s’écoutent

Les poètes ont mal au coccyx

IL NE FALLAIT PAS RESTER SUR CETTE CHAISE

Les poètes ne sont plus des enfants

Ils sont vieux et respirent la poussière de leurs recueils que personne ne lira jamais

Ils se confondent aux murmures et disparaissent sous les coutures du tapis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s