Adoptez un poète


J’ai retrouvé, pour un second rendez-vous, les enfants de l’école primaire les Hermites. Une classe composée de 23 artistes en herbe. Un double niveau: CE1-CM1. J’ai rencontré quelques difficultés lors de la conception de cet atelier, les enfants ne maîtrisant que partiellement l’écriture et la lecture. Comment leur donner les outils pour écrire? Les enfants ont une grande capacité d’adaptation, ils ont un univers intérieur riche et subtil. Ne reste alors à l’adulte qu’une seule chose à faire: développer et mettre en lumière ces petites pépites.Il faut arriver, pour l’intervenant, à exploiter l’hétérogénéité du groupe classe. Plusieurs rythmes. Plusieurs trajectoires. Jongler entre les différentes activités. L’écoute et la disponibilité sont des clefs importantes.

Une petite idée s’est alors glissée… pendant la phase préparatoire… Et si on adoptait un poète, ou plutôt des poètes… Et si on dessinait ce poète. Cela permettrait de découvrir qui se cache derrière un texte… une femme… un homme… Certes, en apparence, nous sommes loin de l’atelier d’écriture. Cependant, petit à petit et au fil de la séance nous allons retrouver le mot et l’intégrer à notre fresque… Cette œuvre collective pourrait devenir, lors du spectacle de fin d’année, le fond de scène. Leur enseignante choisira peut-être une autre option: une exposition!!

Dans la petite valise, des poètes par centaine… Bossuet, Mallarmé, Cadiot, Wauters, Noailles, Perse, Apollinaire, Pennequin, Barendson, Mercoeur… et bien d’autres…  Échanger,  reconnaître parfois la personne, parler des traits, des impressions. Adopter. Choisir. S’arrêter sur la forme du visage, des yeux, la posture du corps… Les enfants ont laissé libre cours à leur imagination. Une seule contrainte: le fond devait être uni et coloré.L’atelier s’est orienté – après la récréation – vers l’écriture. Je leur ai proposé plusieurs petits exercices. Des expérimentations, des poèmes parfois. La découverte des formes, des rythmes, des sons. Ce fut intense. Quelle énergie!!!

Nous avons quitté la salle de classe en début d’après-midi pour une salle polyvalente. J’avais sorti pour l’occasion les instruments de musique: piano, piano à doigts, percussions, métronome, bâton de pluie… Nous avons fait un échauffement, des exercices d’articulation, de placement. La promiscuité a été un frein à l’effervescence. Mais nous avons tout de même pu aborder la mise en voix, le rapport à la musicalité. Le temps est passé à une vitesse folle.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Mariette dit :

    Magnifique. Comment en sont-ils arrivés aux dessins cubistes pour certains??

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s