Cabaret poétique / Rouge


Avec: Lionel Tran, Marlène Tissot, Christian Chavassieux, Mariette Navarro, Martin Rodde et Marie Bernardin

Traverser le rhône, le rhône sauvage, le rhône gris-bleu. Un pont. Un passage souterrain. Les odeurs nauséabondes s’emparent du nez. Il y a déjà du monde. Froid. La congélation des membranes. Presque 17 heures. Après deux éditions exceptionnelles, le cabaret poétique revient au Périscope pour une soirée plus resserrée. Quelques changements dans la formule. L’entrée est désormais payante (3 euros). Frédérick Houdaer pourra dorénavant inviter des poètes venus du lointain. Les mots de Bukowsky ouvrent le cabaret. Langue brute et sans concession. Le texte et sa colonne vertébrale. Le double interligne… Lionel Tran s’avance sur le plateau. Cuir noir et long. Il ouvre la première page de son livre No présent. Et les mots. Arrachent. Assomment. Le quotidien passé à la loupe. La violence. Les courbes urbaines. Puissant!!! Faudra lire. Et l’on va de découverte en découverte avec Marlène Tissot et sa poésie sucrée… les pieds nus dans les vieux sabots bretons. Très touchée par les mots, par le rythme, par la force des images. « Des fantômes infusés dans les murs », des mailles à l’envers. Une très très belle édition!!!! [j’écris vite, vous pardonnerez ce texte décousu…]… Christian Chavassieux lit, quant à lui, Les chants plaintifs. Le petit livre qu’il tient entre les mains intrigue. L’impression d’une partition. Quelques minutes plus tard, les pages se referment. Et Mariette Navarro fait son entrée. Elle lit un extrait de Perdre. Mariette Navarro, prodige. les mots percutent, se heurtent à l’époque. L’engagement politique. L’engagement verbal. Cette lecture est colorée. Rouge. Rouges les mots de Mariette. Rouge la lecture. Rouges les gestes. Rouges les feuilles qui s’envolent. Rouges les applaudissements. Rouges les interstices, les transitions de Frédérick Houdaer. Deux secondes avant l’éternité, la folie de Martin Rodde s’évade. La percussion. La légèreté. Deux secondes avant, juste avant, l’éternité…

Sur l’étagère:

  • Lionel Tran: No Présent, Éditions Stock, 2012; Sida Mental, Ego Comme X éditions, 2006; Le livre des mensonges véridiques t.2, Terre noire éditions, 2006; Traverser du désert, Egone editions, 2001;  La Cage, Terrenoire editions, 2000.
  • Marlène Tissot: Celui qui préférait respirer le parfum des fleurs; Mes pieds nus dans les vieux sabots bretons; Mailles à l’envers
  • Christian Chavassieux:
  • Mariette Navarro: Alors Carcasse (Cheyne éditeur – Prix de la Fondation Robert Walser en 2012); Nous les vagues (Quartett éditions); Prodiges® (Quartett éditions)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s