Crachat(s)


ça s’émeute devant le bus – ça s’agglutine – ça ne réfléchit pas – ça se colle aux vitres  – ça ne recule pas – ça veut rentrer alors ça ne recule pas – et ça n’a pas peur – les neurones intoxiqués ou cramés – c’est sous un nuage de fumée – c’est alcoolisé – ça n’a pas de sexe – ça remue – ça hurle – ça s’engouffre et le silence disparaît sous une houle de cris – Passagers pris en otage – Ne bougent pas – Ne disent pas un mot – Regards inquiets devant ce naufrage proche du coma éthylique. C’est violent – c’est l’atmosphère violente – c’est le bus ivre à la majorité ivre et sans limite qui ne contrôle rien – qui fume – ça fume – ça se fume – ça nous disparaît sous un nuage de shit – ça hurle ça saute – ça insulte – ça dit « pute », ça dit « sale pute » ça se tait – ça ne condamne pas… A l’arrière, ça remue et ça hurle mais le son n’arrive pas jusque ici – barrage des corps – ça se frappe – ça se frappe – coude contre mâchoire – On sort et on croit que ça y est – que la liberté est là – Proche d’un arrêt –  ça s’échoue sur le bitume c’est avalé par l’extérieur ça disparait dans la peau de l’autre dans la mâchoire de l’autre ça donne des coups c’est la violence Vous hurlez que cela suffit, vous hurlez qu’il faut se séparer mais les yeux sont fous A tout moment tout peut basculer le corps peut s’effondrer. Un contre quatre et on ne sait le point de départ, si la victime est victime, on ne sait qu’une chose, faut que ça s’arrête, le fracas des coups, des jambes qui se propulsent des regards haineux Ne sont plus des hommes n’ont plus de traces d’humanité Des animaux La bestialité L’incapacité à redevenir à être à entendre La bouche n’atteint pas les oreilles qui disparaissent toujours plus loin dans les coudes Mes jambes tremblent et ma bouche ne s’arrête pas – les mêmes phrases pour que ça s’arrête mais ça ne s’arrête pas et ça ne sert à rien. Le coude, la mâchoire, l’arrêt, le crachat: la boucle incessante. Des passants comme des ombres paralysées. Muets. Inactifs. Des fantômes urbains. Clandestins. Et quand il n’y a plus de force, que ça a détruit tout ce que ça pouvait – quand ça a réduit à l’état de rien – ça s’enfuit – La confusion. Entre lâcheté et courage – ça ne verbalise pas – ça ne fait pas cet effort-là ça tombe bas et ça ne le sait pas – alors ça fuit – ça se disperse – ça court et ça disparaît dans la nuit – Vous – Ombre parmi les ombre – Vous tremblez – L’impact sur la carcasse – pas de marque de coups et pourtant cette impression que ça ne fait que reculer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s