Armand Gatti à l’ENSATT: Une parole errante


ENSATT-1fevrier2014-Recto-versoA52« Ça tenait en trois mots. Passé, présent, futur. Ensuite, j’ai essayé de bâtir toute une théorie à partir de là. Quand j’écris “je suis”, de quoi est fait ce “je suis” ? De combien de futurs et de combien de passés est-il fait ? Quelle est la part de passé qui dévore le futur ? Les représentations du futur sont faites uniquement à partir de réminiscences. Toutes ces temporalités que j’essayais de me donner pour dire “je suis” étaient annulées par les autres de façon définitive, ou colonisées, ou dévorées, enfin il n’en restait rien. J’ai commencé à mettre en doute la grammaire, même. En mettant en doute la grammaire, et les temps des différentes temporalités sur lesquelles elle se construisait, j’ai mis en doute au fond de moi les pourquoi et les comment de l’écriture. Au point que l’idée d’homme qui était déjà fortement disloquée dans les camps a voulu rentrer dans une expression mieux dite et c’est ainsi qu’est née ce que les Allemands ont appelé la Möglichkeit Theorie, la théorie des possibles. C’est-à-dire d’essayer de construire des hommes, non pas en vertu de leur état civil, mais de leurs possibilités. C’est-à-dire qu’un homme naît bien avant le jour de sa naissance et quelquefois il meurt bien après le jour de sa mort. On entre dans un autre domaine à partir du moment où l’on abandonne l’état civil, cet état civil qui était le cousin proche de la grammaire que j’essayais d’abandonner. » (Source: Périphéries)

L’ENSATT (École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre) proposait le samedi 1er Février une rencontre avec l’immense Armand Gatti. Un journée d’étude consacrée à la parole errante du poète, du dramaturge, du cinéaste, du metteur en scène. En effet, Armand Gatti est un artiste complet, un artiste total en perpétuel questionnement.  Le Théâtre d’Armand Gatti est lié à l’engagement et à la politique. On se souvient de certaines pièces telles que V comme Viêt-nam, ou encore La Vie imaginaire de l’éboueur Auguste G. La rencontre était animée par Olivier Neveux, chercheur réputé et enseignant à Lyon II. Le programme m’avait semblé intéressant et plutôt riche… Pourtant, je me suis parfois ennuyée. Il faut dire que l’après-midi s’adressait aux étudiants de l’ENSATT, la promotion Armand Gatti et qu’elle avait pour objectif, je crois, de les éclairer sur le travail de l’artiste. Il ne fallait pas chercher une exploration poussive et détaillée des pièces (ce que je venais chercher). Il s’agissait pIutôt d’une introduction, d’une mise en bouche savoureuse. l faudra donc lire, écouter, entendre. Prendre le temps.

Et puis, il y a eu la lecture d’Armand Gatti… Révolution, Culturelle, nous voilà.

Armand Gatti est sur le plateau. Derrière une table en bois. Il attend. Il attend et puis n’attend plus. Les gens cessent leurs discussions et regagnent leurs fauteuils. La lecture commence. La voix est claire. Les grandes pages se tournent et viennent rejoindre la table. Il matraque les mots, accompagne cette parole errante pour lui donner la trajectoire, le sens.

La journée s’est achevée sur une note joyeuse et familiale. Armand Gatti a soufflé ses bougies. Je suis repartie avec un tendre baiser sur la main…. de Mr Gatti.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s