La poésie est une impasse


IMG_0055La poésie est une impasse qui s’efface dans un quartier de Sète. Il n’y a plus de plaque à cet endroit. Les seules chevilles restées-là dans la disparition des coins.

En lettres bleues et mangées par la pierre.

Il n’y a pas d’arbres, qu’un portail au fond, tout au fond de cette impasse que l’on espère habitée. La végétation se trouve derrière, ailleurs. Comme si le vide était nécessaire aux poètes. Ils sont dans l’impasse. Cette dernière leur appartient. Ce n’est pas un hommage, c’est une destination oubliée. Je n’aimerais pas habiter ici. Au fond. Tout au fond.

On réserve à la poésie une impasse, peut-être parce que d’une certaine manière, elle est une impasse. Elle est considérée comme telle. On lui laisse un endroit qui n’en est pas vraiment un. Sans ouverture. Que le portail fermé (et moche). La presque place dans la ville. La désertion du centre et des rues. Il faudrait certainement chercher des rues, des artères, des boulevards nommés…. des poètes.

Où sont les poètes? En dehors des impasses mais assurément dans les marges.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s