Cellophane


                                           Quand ils voient les pelouses devenir vertes

Quand ils entendent les faucons sur le toit d’en face

Quand ils imaginent le bruit des chaussures de marche

                                                                    Quand ils deviennent fleurs bleues,

                                                                                                                                                   Quand ils parce que c’est le printemps

 

Elle sort son MASQUE. Elle respire fort (elle morve)

Quand ils sentent le vent frais gonfler leurs boucles,

Quand ils embrassent les lèvres d’une brune,

Quand ils flânent,

Quand ils aiment

                                                                                                                                                          Quand ils avancent leur montre d’une heure, parce que c’est le printemps,

 

Elle sort les plaquettes. Elle gobe. Elle disparaît dans le tissus jetable. 

 

Quand ils sortent sans aucun but,

                                                                        Quand ils plaquent un sourire de façade,

Quand ils pensent que c’est le bonheur,

Quand ils fredonnent des chansons mièvres parce que c’est le printemps

 

Elle décharge le masque de morve sur le tissus blanc. Elle enroule ses yeux dans le liquide lacrymal. Elle essuie les quelques larmes. Elle pulvérise des rafales de ventoline dans la gorge encerclée. Elle est acculée, au fond des poumons, elle se noie quand ils…. Elle voudrait la sauter cette saison. Tousser jusqu’au décollement des os. Renaître toute l’année et ne pas S’éteindre sous les bourgeons Elle voudrait la dynamiter cette saison, les manger les oiseaux. Sortir la cellophane, envelopper tout ce qui est vert dedans. Elle voudrait transformer la nature Vivre sous le scaphandre s’installer au terrasse des cafés, boire une moinette sucrée le nez séché par les arômes interrompre la toux. Se prendre une biture au liquide lacrymal. Ne pas entendre dire que c’est psychologique. Elle voudrait se rouler dans l’herbe sans craindre les plaques rouges. Enlever ce qui démange sur la langue. Mettre des tubes dans les naseaux pour que l’air ne rentre plus. Elle voudrait lécher l’antarctique pour supprimer toutes traces des pollens, se mettre en jachère. Se « cellophaner ». Exister derrière le plastique dans un rayon. Au frais. Elle voudrait se mettre au pozzani. Lécher un basilic (au bord d’une fenêtre – dans le vent) – Souffler sur les allergènes. Les écraser du bout de l’ongle. Suspendre le vol des papillons. Parler en italien. Manger des fleurs et savoir dire autre chose que « voglio vedere un po d’acqua » Parce que. Elle aime le vin et le soleil. Parce qu’elle aime tout simplement au bord des terrasses les hommes qui passent. Elle voudrait les embrasser dans le cou. Sans qu’un filet de morve ne rompe le sort. Le charme sous cellophane. Jour après jour. Elle dort. Des oignons sous le lit. Elle dort. Le nez transformé par le printemps. Les lèvres elles-mêmes chuchotent autre chose. Et pourtant elle aime. Elle voudrait vivre dans une barquette à viande. Au milieu des côtes de porc. Et pourtant elle aime.

 Texte lu au Cédrat.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s