Voix vives / Jour 1


Premier jour. Il fait frais ce matin. J’ai l’impression d’entendre le bruit de la pluie sur le velux. J’étire mes os, chaque partie de la colonne. J’émerge. Il y a du bruit dans la cuisine. Un couteau sur une tranche de pain. Descendre les marches et discuter avec mes charmantes hôtesses. Petit déjeuner royal: avec du thé, du jus d’orange et du pain frais. J’ai eu du mal à organiser mes affaires. Mon sac pèse une tonne. Trop de textes!!!! Peut-être? Je vais lire pour la première fois aujourd’hui. Je suis allée ensuite vers le festival… Le ciel est couvert. Mes pas trouvent le chemin seuls. Direction la Place du Pouffre où je vois Yves Artufel qui a en sa possession mon livre. Bonheur!!!! Enfin, le voilà. Je l’attendais depuis des semaines. Il est là. Tout devient vrai. Je suis là. A Sète. Tout devient vrai. Merveilleux. J’ai perdu quelques habitudes que j’avais l’an passé. Je n’ai pas vraiment établi de programme cette année. Se laisser aller.

[Pardon, j’écris mal ce soir. Un peu fatiguée et étourdie par cette journée ]

J’ai assisté aux lectures de Béatrice Machet, de Dominique Massot, de l’excellent Dani Orviz. Croiser des amis. Manger et boire avec modération avec des poètes du presque monde entier. C’est merveilleux. Un débordement d’énergie où on sent les enjeux mais avant tout le plaisir.

J’ai également fait ma première lecture. Cinq minutes par poète. De voix en voix. Un exercice difficile. Attendre patiemment sur un morceau de bitume. Le sac posé. Attendre et réfléchir. Je pensais qu’il s’agissait d’une rencontre, je n’ai donc pas prévu de textes. Aïe!!! J’étais assise à côté de Cécile Ouhmani. Moment tremblant où la voix ne fait pas exactement ce que je veux, où le micro tremble. J’étais presque détendue avant de passer puis la précipitation. Lire prestement. Accrocher au micro. J’ai lu deux textes: Crash et Profane (il me semble). Être là. Enfin. Tellement attendu! Du bonheur, c’est du bonheur. Il faudra respirer demain. Et prendre le temps.

 J’ai terminé par Correspondances avec Armand Dupuy et Cécile Richard.  Moment savoureux. Les portes de l’Église s’ouvrent et laissent échapper des chants. Les gens sortent. Le décor du parvis à totalement changer pendant la messe. Le parvis s’est en effet mis aux couleurs des voix vives. Petit repas avec des poètes très sympathiques où nous avons mangé au Snack Africain.

J’hésite à aller sur le port…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s