Voix vives / Orage (jour 7)


 Le ciel est gris. Vraiment gris. Le vent se lève. Se lève vraiment. je m’installe quand même à une table. La journée a été riche. Souffler. Le ciel est gris. Vraiment gris. Le vent se lève. Se lève vraiment. J’opte donc pour une solution prudente. S’asseoir sous le parasol vert. Au moins, si la pluie se met à tomber, je serais à l’abri. Quelques gouttes. D’abord légères, se renforcent, se précipitent. Il est temps de déménager et d’opter pour une solution durable. Il faut se mettre en sécurité (je déteste les orages). Le ciel est noir. Vraiment noir. Le ciel gronde. Gronde vraiment. On aperçoit des éclairs. Il promet d’être vivant celui-là. Une petite pointe d’angoisse qui me rappelle une randonnée sur une île. Je me décide donc à rejoindre le bureau, les êtres de papier qui rentrent eux aussi… Portés les uns après les autres. Je m’installe sur les marche. Le ciel se déchire, gronde de plus en en plus fort. Les éclairs sont au-dessus, couvrent le ciel. Une petite pointe d’angoisse… Certains courent, rejoignent les êtres de papier. D’autres (comme…) se paralysent, retiennent la respiration. Dani et Katsuhiko me rejoignent. Armand n’est pas loin (il était censé faire une lecture en barque…). Dani tente une percée dans le bureau. Il est trempé. Je préfère rester là où je suis, même si le vent pousse les gouttes de notre côté. Je protège le classeur, les textes. La scène est assez improbable. Un petit groupe reste sous la pluie et les éclairs. Chemises trempées. On entend des rires. Le groupe (de poètes) prend des photos. Chacun est le spectateur de quelqu’un. L’orage est violent et il dure. A l’intérieur du bureau, on s’active, les différents événements sont annulés en espérant qu’ils reprendront. Les poètes et animateurs se succèdent. Chacun a son rythme: la course, la marche rapide, l’arrêt dans la marche, la panique, la tentative d’éviter les gouttes, de trouver une petite place. Je fais partie des chanceux, je ne suis pas mouillée. L’orage se terminant enfin, nous en profitons pour immortaliser l’instant!! Il est temps de retourner « travailler », de remettre en ordre les scènes. Je ne sais plus trop ce que j’ai fait après cela… Il faut que je réfléchisse…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s