A8


Cinq heures. Se diriger vers – Co-voiturage pour aller là-bas. Aller sur l’autoroute. Branche se resserre. Voiture derrière. Conductrice se crispe. Les doigts serrent le volant. Yeux dans le rétroviseur. Le véhicule nous suit, serre le parechoc, s’avance dangereusement. La peur mange l’espace. L’individu est dangereux et sur-excité. Se met sur la gauche. A notre hauteur. Hurle. Visage furieux. Hurle. Hurle. Colle la voiture. Se rapproche sur le côté, accélère et nous coupe la route. On se croirait dans un film, mais ce n’est pas un film. On est sur l’A8, il est cinq heures. Ce n’est pas une heure pour mourir. Les muscles se tendent. L’homme à la voiture. Ouvre sa portière, sort la tête. Hurle. Freine brusquement, se place derrière. Pleins phares. Accélère de nouveau. Queue de poisson, freine. Les pneus crissent. C’est usant. Il ne faut pas s’arrêter, mais comment se débarasser de la présence oppressante. La tentative: le doubler. Lui accélère encore, colle l’arrière, colle l’arrière. Phares dans la gueule. On ne voit rien. Pas de sortie. Prendre le téléphone. Appeler les autorités semblent la seule alternative. L’homme est de nouveau devant. Ouvre encore sa portière, fait des zig-zag, freine,accélère pour ralentir, stopper ou détruire notre marche. Fou. Voiture derrière. Distance dangereuse. Ne pas paniquer. On se rassure comme on peut. On téléphone. Voix donne des pistes. Le véhicule finit par disparaître dans la nuit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s