Crazy Blues


Cadeau du samedi matin. Nous sommes le 10 août 1920 et Mamie Smith (1883-1946) vient faire des prises dans les studios d’enregistrement du Label Okeh Records. Elle y enregistre Crazy Blues : le premier morceau afro-américain qui sera commercialisé. La composition est signée Perry Bradford. « Il se vendra à 75.000 exemplaires en une semaine et atteindra le seuil du million en à peine six mois. Gravement malade, flouée par son manager et financièrement démunie, la première grande vedette du disque mourra dans une chambre meublée de Harlem. « 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s