L’exercise 6:Cédric Lerible


Pauline Catherinot: Quelle serait votre définition de la poésie?

Cédric Lerible: La poésie n’est jamais ce que l’on croit, c’est-à-dire qu’elle est la surprise renouvelée dans un monde en perpétuelle mutation. Si la poésie n’est pas cette surprise, c’est qu’elle n’existe pas, c’est qu’elle sombre dans une convention, dans une récupération commerciale ou idéologique. Les grands poèmes et poètes du passé ont ainsi marqué leur époque et continuent d’éblouir la nôtre. Un poème, et donc la poésie, est une réalité vivante sans cesse nouvelle à chaque lecture.De manière encore plus subjective, tu trouveras dans « Giratoires » p.11 ma récente définition de la poésie, sous forme d’un poème visuel ou détournement (comme j’aime à appeler cette forme).

Pauline Catherinot:  Que pensez-vous de la place qu’elle occupe à l’heure actuelle ?

Cédric Lerible: A l’heure actuelle et à l’image du rôle qu’elle a joué dans les périodes les plus sinistres de notre Histoire, la poésie est vitale et plus que jamais ! Notre société s’effondre car déconnectée des réalités sociales et environnementales qui vont de paire. La poésie a la vocation de permettre une prise de conscience et à la fois de servir de levier afin de replacer l’être humain à l’endroit exact où il doit se tenir. La poésie n’a pas un rôle à jouer ni une place à occuper… la poésie est la vie !

Pauline Catherinot:  Quelle est la place des femmes dans le paysage poétique?

Cédric Lerible : Ah les femmes ! Dans le paysage poétique français (celui peut-être que je connais le mieux) il me semble qu’elles ont enfin la place qu’elles doivent avoir : celle d’égalité avec les hommes poètes. Cette place a été acquise notamment au cours du XXe siècle et grâce aux mouvements sociaux qui ont permis leur émancipation.

 Reste que dans un catalogue comme celui de poésie Gallimard, qui fête ses 50ans cette année (poètes morts pour la plupart et vivants pour une très faible part), voici la proportion : 250 poètes hommes et 18 femmes… Poésie Gallimard donc se targue de « mettre au contact les oeuvres du passé avec celles qui, aujourd’hui, sont parmi les plus représentatives et les plus singulières » et vient de publier 12 poètes vivants dont seulement 2 femmes… A contrario un éditeur (qualifié de « microéditeur ») tel que Plaine page veille à la parité de son catalogue et est de ce fait un plus exact reflet de la poésie qui s’écrit en ce moment en France…
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s