L’exercise 12:Michel Thion


Pauline Catherinot: Quelle serait votre définition de la poésie?
Michel Thion: La poésie est une littérature performative, qui agit, « poïesis », l’action. Elle en décrit pas le monde, les sentiments, les sensations, elle les fait éprouver par son lecteur/auditeur. C’est ce qui induit une activité toute personnelle du lecteur/auditeur, les sentiments qu’il éprouve devant la poésie sont les siens et non ceux du poète, ceux du poète sont un catalyseur, un déclencheur. Toute lecture poétique est une interprétation du lecteur. Il faudrait développer, bien sûr.
Pauline Catherinot:Que pensez-vous de la place qu’elle occupe à l’heure actuelle ?

Michel Thion: Tout le monde n’est pas poète, mais chacun est sensible à l’émotion poétique. Des dizaines, des centaines de milliers de gens écrivent des poèmes qu’ils ne montrent pas, mais l’écriture poétique répond à un besoin généralisé. Ces poèmes sont à la fois nécessaires à ceux qui les écrivent et profondément insatisfaisants, ils ne répondent que très partiellement au besoin qui les a fait écrire. C’est ^pourquoi ils restent généralement cachés. écrire des poèmes est, comme tu le sais, un travail particulier, un lâcher-prise qui peut être violent et ces poètes « à la maison » n’ont généralement pas idée de ce travail.

Les « poètes » reconnus tels sont ceux qui ont franchi ce pas, même timidement, et qui consacrent une part importante de leur énergie à l’écriture. Mais ils sont peu, et le caractère expérimental de leur travail tend à les isoler du corps social. La poésie reste donc discrète, confidentielle, pour des audiences limitées. Et si de nombreux festivals attirent un public toujours plus nombreux, les lecture, y compris dans les « grands » festivals se déroulent devant 20 à 50 spectateurs.

La « place » sociale de la poésie est ainsi paradoxale. Des milliers de lectures publiques ont lieu chaque année, mais devant peu de monde,. 3 à 400 éditeurs publient de la poésie à compte d’éditeur, mais la vent moyenne est de 150 exemplaires (environ…) Mille expériences montrent qu’il pourrait en être autrement et la poésie pourrait toucher bien plus de public. Pour autant, par sa nature même, elle reste une activité de l’intime, de petits groupes, et c’est sans doute bien ainsi.

 

Pauline Catherinot:Quelle est la place des femmes dans le paysage poétique?
Michel Thion: La « place » des femmes en poésie n’est guère différente de la place des femmes en littérature, dans le monde en général. Il n’y a as de raison qu’il en soit autrement. Il y a peu de femmes publiées (mais de plus en plus) mais la plupart des éditeurs sont des hommes… Y a-t-il un lien ? Je ne sais pas. Y a-t-il une écriture féminine, il me semble que oui, mais je ne pourrais pas le démontrer. En général, quand je mentionne cette conviction, je me fais assassiner…!
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s